mardi 16 mai 2017

3: Recueil de nouvelles, Sophie Auger.


3: Recueil de nouvelles, Sophie Auger.

Nombre de pages : 100. (ebook)
Editeur : Auto édition.

Langue : Français.

"FALL, genre F/F
«Un message. Un saut dans le passé. Une nuit. Un choix.»

-RED, genre M/F pimenté.
«Promenons-nous dans les bois, pendant que le loup n’y est pas.»

-(RE)PLAY, genre M/M
« Je voudrais te revoir. Et cracher sur la gloire…»"

Hello !

Oui je sais, ça fait longtemps. J'ai eu quelques problèmes personelles, le moral ne suivait pas. Et puis, j'ai eu un manque de motivation, j'ai publié des avis, mini chroniques sur Babelio mais pas ici. Sûrement parce que j'avais l'impression de ne pas être lue. Enfin bref, je m'excuse.

On se retrouve pour une petite chronique, puisque c'est des nouvelles et que je ne veux surtout pas vous spoiler, mais juste : wow. Je vous conseille fortement ces nouvelles, c'est un ebook à moins d'un euro, et c'est vraiment bien. J'ai réussi à voyager à chaque nouvelle, même en si peu de pages.

La première nouvelle s'appelle Fall, et c'est une relation entre deux femmes. L'auteur précise au début que c'est la version originale d'une de ses nouvelles parue dans une maison d'édition. Elle a du faire un version hétéro, et je suis heureuse d'avoir pu lire la vraie histoire. Parce que, comme dit dedans, "il n'y a pas de standard quand il s'agit d'Amour", et les relations hétéros ne sont pas "la normalité", le "standard".
Nous retrouvons dès le début une juene femme qui hésite, en pleine confusion. Elle a reçu une demande d'amitié d'une certaine Manon. Une personne qu'elle a connu il y a plusieurs années, et qu'elle a perdu de vu. Une personne qui a tout chamboulé dans sa vie. Une personne a qui elle tient malgré tout. Et c'est à ce moment là qu'on plonge dans ses souvenirs, leur histoire si belle, et assez touchante. L'auteur a un don pour décrire les émotions, j'ai de suite eu un coup de coeur pour cette histoire. Je me suis rapidement attaché aux personnages, j'ai eu des étoiles dans les yeux, et j'étais un peu jalouse aussi, je l'avoue. Cette histoire est tellement mignonne. Par contre la fin, je ne suis pas d'accord je réclame une suite. 

Ensuite il y a RED. C'est précisé "pimenté" et je suis d'accord, ce n'est pas à mettre dans toutes les mains. Le nom va très bien à cette nouvelle. Rouge, passion, feu, chaud, piment. Cette nouvelle est vraiment très chaude, mais aussi surprenante. Je l'avoue, elle m'a surprise, je m'attendais à quelqu'un d'autre (je ne peux en dire plus) et finalement... wow. Encore une fois, don pour les descriptions, cette fois ci pour le physique. Sérieusement, miam miam. Nous y retrouvons une jeune femme qui est en déplacement avec un collègue, collègue sur qui elle a un petit coup de coeur. Collègue pour qui elle s'habille bien, trop peut-être, elle se force à porter des vêtements qu'elle ne mets normalement pas. Elle finit par se faire remarquer, et c'est clairement chaud. Par contre, à un moment, je me suis demandée si l'homme n'était pas un psychopathe et s'il ne comptait pas la tuer. J'ai eu vraiment peur pour le personnage féminin. Et j'ai ri à la fin. (mais c'est pareil je ne dis pas non à une suite)

Et enfin, (re)play. Woaw. J'ai pleuré toutes les larmes de mon corps, je n'en suis pas ressorti indemne. C'était intense, magnifiquement triste. Des le début, le ton est donné, mais je ne vais pas tout dire. On y rencontre un homme, qui est une célébrité. On apprends un peu plus tard grâce à quoi il est connu, mais c'est important de savoir qu'il est entouré, et à une image parfaite à entretenir. Il est en train de regarder une photo, il n'a plus que ça. Son chauffeur doit passé le prendre dans quelques heures, mais ce n'est pas cela qui nous interesse. Non. Il parle à un certain Matt. Enfin non, il s'adresse à lui plutôt. Et nous plongeons enfin dans ses souvenirs à lui. C'est un moment vraiment beau, c'est le moment de leur renconre, le moment où tout bascule. Et le monologue du début est encore plus touchant lorsqu'on comprends. Et la suite est très très émouvante. Ah j'ai bien pleuré, je vous l'assure. Leur histoire d'amour est sublime, elle brise un peu beaucoup le coeur mais ce n'est pas grave, je pardonne l'auteur. Encore une fois, les descriptions sont parfaites, nous ressentons tout. Coup de coeur pour cette nouvelle.

Il y a aussi un bonus, je ne pense pas qu'il faut en parler puisque ça sera dans un prochain recueil, mais le sujet est touchant, important, et le message est tellement puissant. Il donne de l'espoir, la fin m'a transporté, c'était vraiment beau.

En bref, un recueil de nouvelles incroyable, des personnages vraiment très attachants (beaucoup trop, après on veut une suite!) des contextes différents et vraiment travaillés, une petite merveille. Je tiens à remercier l'auteur, et j'ai hâte pour le m/m ! (Par contre, s'il est aussi triste que la nouvelle, je tiens à être prévenue haha) Je veux revenir une dernière fois sur la dernière nouvelle : le discours m'a bouleversée, c'est l'un des plus beaux discours que j'ai pu lire, juste wow. Merci.

Puisque c'est des nouvelles, je ne donne pas de note, mais je pense que vous avez compris le message : lisez les. 

vendredi 24 mars 2017

Celle dont j'ai toujours rêvé, Meredith Russo.



Celle dont j'ai toujours rêvé, Meredith Russo.

Nombre de pages : 320.
Editeur : Pocket Jeunesse.

Langue : Français.

"Amanda Hardy arrive dans un nouveau lycée. Comme beaucoup, elle souhaite avant tout s'intégrer. Mais malgré sa popularité, un secret l'empêche de s'ouvrir aux autres. Sa rencontre avec Grant remet tout en question. Il est le premier garçon qui parvient à lui faire baisser sa garde. Amanda comprend que pour être heureuse, elle doit se révéler, au risque de tout perdre. Car le secret d'Amanda c'est qu'avant, elle s'appelait Andrew. "

Hello,

Je vous retrouve pour une chronique, bien évidemment, mais avant je tenais à m'excuser pour mon absence qui risque de continuer un petit moment avec mes problèmes personnels, et j'en suis désolée. Enfin bref, passons à la chronique.

C'est un livre qui me fait de l’œil depuis sa sortie VO, j'avais lu le premier ou les deux premiers chapitres quand c'était possible, et puis il fallait ensuite acheter le livre et je n'ai jamais franchi le pas. Je ne sais pas vraiment pourquoi, il me tentait vraiment, mais bon.
Et puis, il a été traduit et est sorti en France. Très grande joie, puisque les éditeurs FR n'ont pas l'air très à l'aise avec les romans concernant des personnages LGBTQIA+ (sauf si l'auteur est super connu, dans ce cas ils se feront de l'argent, il n'y a pas de risque de flop blablabla...) et c'est rare que des Young Adult concernant cette communauté sortent en France (pourtant il y en a beaucoup qui méritent une traduction) alors oui j'étais sous le choc, mais un bon choc quoi. Malheureusement, problème d'argent sur problème d'argent, je ne pouvais pas me permettre de mettre 18 euros dans un livre... Et je l'ai quand même eu, grâce à PKJ et à leur jeu concours express. J'en suis très contente, alors encore une fois, merci PKJ.

Bref, j'ai bien raconté ma petite vie, mais passons au livre !

Dans ce récit, nous rencontrons Amanda, jeune fille toute nouvelle dans un lycée, les raisons restant vagues au début du récit quant au fait d'avoir quitté son ancien lycée, son ancienne ville. Elle n'a pas vraiment d'autres choix que de s'adapter dans ce nouvel environnement, tout en se méfiant des autres, ne cherchant pas vraiment d'ami. Sauf que sa côte de popularité augmente et qu'elle se retrouve vite... populaire. Pas le meilleur moyen pour passer inaperçu, en clair. Elle se fait à cette nouvelle vie, elle s'épanouie, tout en gardant au coin de la tête cette peur au ventre par rapport à son secret. Elle n'aime pas mentir aux autres, à ces nouveaux amis, malheureusement elle s'oblige a le faire pour se protéger. Elle découvre que les autres peuvent aussi avoir des secrets, des problèmes qu'ils cachent, des choses dont ils n'osent pas parler par honte, par peur. Malgré tout, elle préfère ne rien dire, ou plutôt l'écrire. Mais cette technique ne fonctionne pas, et elle reste seule avec son secret, en tout cas, les personnes proches d'elle n'en savent rien. (sauf famille) C'est un personnage fort, attachant, un peu énervant parfois aussi (surtout en compagnie de quelqu'un, je ne dirai pas qui, mais c'est un garçon.) mais qui reste quand même une boule d'amour et de courage qu'on a envie de prendre dans nos bras. C'est vraiment ce que j'ai resseni avec ce personnage. Elle est tellement courageuse, elle mérite tellement tout le bonheur du monde, elle mérite de sourire, de rire, d'être entourée par des personnes tout aussi exceptionnelles qu'elle.

Et puis, il y a Grant. Argh, ce n'est pas du tout passé avec lui. Dès que je croisais son prénom, je contractais la mâchoire, j'avais envie de passer ses paroles (mais je ne l'ai pas fais, c'est important pour l'histoire) et il m'énervait, tout simplement. Le pire, c'est que je ne saurais pas dire pourquoi. Il est "populaire", il est "beau", il a des secrets, donc ça fait le mec "mystérieux"... ouais je le trouve un peu trop cliché. Et bordel, il est parfois tellement distant avec Amanda, il lui cache toujours quelque chose (et après il lui en veut de lui avoir caché un énorme secret bien évidemment, l'ironie.) et il n'est pas... intéressant j'ai envie de dire, mais ce n'est pas ça. Il n'a pas assez de charisme pour que j'accroche je crois. Il y a un moment dans le livre, où on en apprends un peu plus sur lui, où on découvre un de ses secrets, un lourd secret, on y découvre sa mère aussi, ses sœurs, mais ça ne m'a pas fait réagir. Je pense que c'était le but de l'auteure, nous faire aimer ce personnage avec cette scène en particulier, mais ça n'a pas fonctionné du tout avec moi. Je suis peut-être trop difficile, mais pour moi, il manque de charisme comparé à Amanda par exemple, mais aussi aux amies d'Amanda.

Il y a aussi d'autres personnages bien sûr, qui sont très très intéressants et que je ne considère même pas comme des personnages secondaires.
Bee, qui a beaucoup de charisme, qui ne cache pas longtemps son secret, qui est très franche mais dont on connait finalement très peu de choses. Je ne crois pas avoir vu une phrase où elle parlait de ses parents en profondeur, j'aurai adoré en savoir un peu plus. Mais malgré tout, avec le peu d'informations, j'ai sû m'attacher à elle, surtout au début. Et puis j'ai forcément fini par la détester (c'est toujours comme ça avec mes personnages favoris je les aimes et puis en faite non hahaha) vous découvrirez pourquoi, je pense, mais en bref ça reste un personnage charismatique.
La maman d'Amanda, qui est tellement compréhensive avec Amanda, qui a certes quelques difficultés (pour elle, elle a accouché d'une fille et non d'un garçon, et elle a perdu son petit garçon) mais qui reste très respectueuse, ouverte, à l'écoute, aimante, qui fait tout pour voir sa fille heureuse depuis un certain événement, elle est tout simplement incroyable.
Son père a un peu plus de mal mais malgré tout on comprends qu'il aime réellement sa fille, qu'il ne sait juste pas comment s'y prendre et que c'est grâce à elle s'il est un peu plus ouvert d'esprit. C'est un bon père, même s'il a tendance à mal dire les choses, et que ça finit souvent en dispute. Il a peur pour sa fille, et ne sait pas gérer cette peur, ce qui peut être compréhensible/
Parker (hahaha Priscilla Parker...............) qui est insupportable, c'est pareil que Grant, mais en pire. Il est populaire, lourd, il a des petits chiens qui le suivent partout, il est jaloux et fait des blagues pas cool du tout, bref, je ne l'aime pas. Il y a aussi un passage où l'auteure essaye de nous faire ressentir un minimum d'affection pour lui, mais ça n'a pas fonctionné pour moi. Mais il reste important pour l'histoire alors...
Et puis il y a les amies d'Amanda, qui sont tellement adorables. Au début, je me suis dis "pitié pas le clichés des amies populaires chiantes qui aiment les ragots les rumeurs et les histoires" et non finalement ca a été. Elles sont toujours là pour Amanda, elles savent quand elle a besoin d'aide, de réconfort, de conseils... C'est des vraies amies, et elles sont ouvertes d'esprit, même celle qui est religieuse.
Petite mention spéciale à Chloé qui m'a touché et qui m'a fait penser à moi-même, mais en plus intéressant quand même. Elle est tellement... attachante, et un peu trop mis de côté, et son secret est tellement enfoui en elle et elle mérite elle aussi plein d'amour et des gens qui l'entourent, mais de bonnes personnes. J'avais envie de la prendre dans mes bras et de lui dire que tout irait bien. J'aimerai tellement un livre sur elle uniquement.
Il y a aussi la jeune femme qu'Amanda a connu au groupe de soutien, j'ai perdu son prénom, excusez moi, mais elle est très attachante elle aussi, mystérieuse comme il faut, aimante aussi, elle m'a beaucoup plu et j'ai eu un petit crush sur ce personnage (et j'ai oublié son prénom. Oui oui.)

Le sujet, encore tabou malheureusement, est très bien traité, mais je n'avais pas peur du contraire, puisque l'auteure est une jeune femme transgenre, et que des personnes trans autour de moi ont beaucoup aimés. Il y a aussi le sujet de la bisexualité qui est traité, et bien traité aussi, il n'y a pas de préjugés, de clichés, de phrases méchantes envers les personnes bi. C'est vraiment positif, ce n'est pas bourré de clichés envers les orientations sexuelles, romantiques, le genre, l'identité, le sexe... Et pour la transition, j'aurai aimé la suivre plus en détails, mais le format du livre fait que ce n'était pas vraiment possibles (ou on se serait attardé dans le passé du coup) mais j'ai trouvé cela un peu dommage de passer si vite sur ce passage, même si l'auteure laisse un petit mot à propos de ça.

Pour le point négatif, je dirais le cliché du coup de foudre? C'est un peu agaçant, et au début du livre, je me suis dis "déjà?", mais je crois que c'est rare les histoires d'amour qui prennent du temps (dans les YA) donc bon. Malgré tout, le fait qu'Amanda baisse aussi vite sa garde pas seulement envers le garçon, mais aussi envers la personne qu'elle rencontre en premier (Bee quoi.) m'a beaucoup énervée. Alors ouais je sais que quand on a pris de l'alcool, de l'herbe, enfin ce genre de choses, les pensées font un peu n'importe quoi et la garde se baisse elle même, mais... Je ne sais pas, j'aurai préféré qu'elle prenne plus son temps, qu'elle ne s'attache pas aussi vite, qu'elle ne se livre pas aussi vite, même si elle garde son lourd secret pour elle.

La fin est très ouverte, je trouve, mais elle délivre un message d'espoir, elle fait prendre conscience de certaines choses, j'étais super fière d'Amanda, parce qu'elle réalise quelque chose et je suis totalement d'accord avec elle. Une très bonne morale.

En bref une lecture qui m'a donné de l'espoir, qui m'a rendu heureuse parce que plus il y d'histoires concernant des persos LGBTQIA+, plus les mentalités changeront et moins ce sujet sera tabou, et j'espère que cela arrivera rapidement. Un très très bon récit avec une héroïne fantastique et incroyable à qui on s'attache rapidement, des personnages en second plan qui sont eux aussi très intéressants, des parents aimants qui finissent par être ouverts d'esprit... Un très bon roman.

Je lui donne la note de 4/5.



mercredi 1 mars 2017

Suicide notes, Michael Thomas Ford


Suicide notes, Michael Thomas Ford

Nombre de pages : 304.
Editeur : Harper Teen.

Langue : Anglais.

"Fifteen-year-old Jeff wakes up on New Year’s Day to find himself in the hospital. Make that the psychiatric ward. With the nutjobs. Never mind the bandages on his wrists, clearly this is all a huge mistake. Jeff is perfectly fine, perfectly normal—not like the other kids in the hospital with him. They’ve got problems. But a funny thing happens as Jeff’s forty-five-day sentence drags on: the crazies start to seem less crazy. . . ."

Hello,

On se retrouve pour une petite chronique, et même si j'ai attendu quelque jour avant de faire cette chronique je ne sais toujours pas si j'ai aimé ce livre ou non.

On y retrouve Jeff, 15 ans, qui est un jeune homme assez sarcastique, très drôle mais aussi un peu méchant sur les bords, vexant, je dirais. On a parfois l'impression qu'il se sent supérieur, surtout au début. Il a aussi un problème pour s'accepter lui, il rejette tout sur les autres. Malgré tout, il est attachant avec tous ses questionnements, ses blagues pour masquer ses réelles pensées, ses surnoms (surtout envers le médecin), ses passages dans son cabinet sont très drôles aussi, même s'il faut patienter un bon petit moment pour savoir pourquoi il est ici, même si on se doute un peu de quelque chose. En faite, j'étais partie sur une piste, et j'avais tord mais il y avait bien une personne concernée, et pour cela j'avais raison. C'est triste, je ne peux pas vous en dire plus puisque ce serait spoiler, mais réfléchissez bien si vous le lisez. L'auteur tente de nous surprendre, et ca a fonctionné avec moi.

Il y a d'autres personnes dans ce livre, bien évidemment, que Jeff qualifie de "fous" (il appelle cet endroit la Nutshouse alors bon) mais qui sont tellement attachants, en particulier un que j'aurais aimé connaître un peu plus.
Alice, qui a une histoire très particulière, je ne sais pas si elle rajoutait des choses dans celle ci pour la rendre plus intéressante mais elle m'a fait mal au coeur. Elle n'a pas eu un passé facile, ça se ressent. Et puis.. Ca a forcément laissé des traces.
Juliet, qui invente beaucoup de choses, comme être la petite amie d'un autre patient dans cet endroit. Elle s'invente un groupe, aussi. Mais elle a des moments de lucidité, parle franchement, est très intelligente. Derrière "la folle", Jeff découvre quelqu'un de bien, et ça lui fait un peu fermer sa bouche sur le mot "folle".
Bone, le mystérieux tatoué du groupe. Il a a peu près l'âge de Jeff, et il ne parle jamais. On ne sait jamais vraiment pourquoi il est ici, s'il a un passé dur, mais malgré tout c'est LE personnage que j'ai préféré. Il a, comme tatouages, les personnages d'Alice au pays des Merveilles. Certains sont voyants; d'autres non. Et pourtant il les montre à Jeff et c'est un moment particulier, il se révèle réellement à lui. Il n'a pas besoin de parler, ses tatouages le font à sa place.
Sadie, une jeune fille très touchante et très franche, qui n'a pas sa langue dans sa poche et qui comprends rapidement Jeff, qui lit en lui comme dans un livre ouvert même sans le connaître. C'est un personnage très intéressant, elle n'a pas honte de dire pourquoi elle est ici, mais elle ne parle que très peu d'elle. Elle pose beaucoup de questions à Jeff en revanche. c'est celle qu'on voit le plus finalement, puisque Jeff se lie d'amitié avec elle. Leurs conversations sont très intéressantes, et même lorsqu'ils décident d'inventer les dialogues de films en baissant le son, ça devient intéressant puisqu'ils se livrent, à leur façon.
Rankin, qui m'a tellement, mais tellement énervé. Il est là à cause de son père, il est forcé de faire un certain sport pour ce dernier, mais lui aussi force les gens. Et pas à faire du sport. Alors certes il fait réaliser à Jeff certaines choses, mais il est juste insupportable et ce qu'il fait n'est pas défini comme "anormal" dans le livre, alors que si. Il mérite la prison pour moi, mais apparemment il est simplement transféré. Bref ne nous attardons pas dessus.
Martha, qui est tout juste adolescente et qui pourtant en a vu des horreurs dans sa vie. Elle ne parle pas à son arrivée, elle tient simplement sa peluche contre elle, et ne la lâche plus. Et puis, elle adresse un mot à Jeff, un seul. Elle lui fait un minimum confiance. C'est tellement adorable. Et malheureusement quelque chose se passe mal et son mutisme revient. J'aurais adoré lire un tome sur elle uniquement.

Il y a aussi la famille de Jeff, sa soeur qui n'est pas très dramatique et qui a un certain humour noir. Malgré tout, on sent son affection pour Jeff. Ses parents, qui s'inquiètent beaucoup pour lui, qui font des efforts, et qui espère que leur fils va avancer.
Le docteur, qui est quand même très fort pour supporter le sarcasme de Jeff, et ses mensonges. Il arrive finalement à avoir sa confiance, et lorsqu'il sait, il ne change pas de comportement envers Jeff, au contraire il l'aide encore plus. C'est un bon médecin.
Allie, la meilleure amie de Jeff, enfin l'ex meilleure amie plutôt, puisqu'elle ne prends pas de nouvelles de lui du tout. Et Burke, son petit ami. Ils sont tous les deux très importants pour connaître de Jeff. Cela peut paraître cliché, un garçon qui s'introduit dans la relation entre deux meilleurs amis, l'un est jaloux, l'autre ne voit rien, mais ce n'est pas ce à quoi on pense.

Le suicide est très bien traité, les maladies mentales aussi. Même si Jeff n'assume pas ce qu'il a fait, les autres, surtout Sadie, l'assume entièrement, et elle traite son sauveur...eh bien comme son sauveur, et non pas quelqu'un qui a fait quelque chose de mal. C'est le point positif de l''histoire. 

Pour le point négatif, c'est la décrédibilisation de certains personnages, surtout les infirmières et les gardes. J'aurais aimé que l'auteur se renseigne un peu plus. En effet, j'ai été dans un service psychiatrique en journée, mais j'avais des amis en service de nuit, qui sont restés longtemps et je peux vous assurer qu'il n'y a pas qu'un garde qui fait une ronde la nuit. Deux, trois, des infirmières, mais c'est toujours surveillé. Il n'y a pas possibilité de rentrer dans la chambre de quelqu'un, surtout pas deux soirs de suite. Et il y a des caméras aussi. Alors certaines scènes n'étaient pas crédibles.
Et puis, Jeff est insupportable avec ses "ils sont fous, pas moi". Bordel, okay le premier jour, la première semaine tu dis ça pour te protéger, par peur. Mais au bout d'un moment il faut arrêter, ça en devient blessant même pour moi. Sa réalisation se fait trop tard, le mal est fait.

En bref, un roman qui traite d'un sujet sensible, un personnage principal assez insupportable mais tout de même attachant, des personnages secondaires intéressants, quelques points négatifs malgré tout, mais une certaine surprise vers la fin du livre.

Je ne vais pas mettre de note pour celui ci, c'est exceptionnel bien sûr mais je ne sais vraiment pas quelle note donner. Je vous le conseille s'il vous intéresse, il ne faut pas s'attendre à une plume incroyable et a des sujets traités très approfondis, mais ce livre est parfois drôle et parfois triste. 


lundi 20 février 2017

Mad About the Hatter, Dakota Chase.



Mad About the Hatter, Dakota Chase.

Nombre de pages : 190.
Editeur : Harmony Ink Press.

Langue : Anglais.

"This isn’t his sister’s Wonderland….

Henry never believed his older sister, Alice’s, fantastic tales about the world down the rabbit hole. When he’s whisked away to the bizarre land, his best chance for escape is to ally himself with the person called the Mad Hatter. Hatter—an odd but strangely attractive fellow—just wants to avoid execution. If that means delivering “Boy Alice” to the Queen of Hearts at her Red Castle, Hatter will do what he has to do to stay alive. It doesn’t matter if Henry and Hatter find each other intolerable. They’re stuck with each other.

Along their journey, Henry and Hatter must confront what they’ve always accepted as truth. As dislike grows into tolerance and something like friendship, the young men see the chance for a closer relationship. But Wonderland is a dangerous place, and first they have to get away with their lives."

Hello,

On se retrouve aujourd'hui avec une petite chronique express d'un livre que j'ai beaucoup apprécié.

Nous rencontrons d'abord The Mad Hatter, le chapelier fou, emprisonné la Reine de Coeur (The Red Queen) qui a perdu la tête (bonjour le jeu de mot avec sa phrase fétiche "qu'on lui coupe la tête) depuis la perte de son mari. Ce dernier a disparu du jour au lendemain, et tous le Wonderland pense que la Reine l'a tué. Enfin bref, revenons au chapelier fou. Ca reste le personnage emblématique d'Alice au pays des merveilles, un peu moins fou tout de même. Nous le découvrons sensible, réfléchi, doux au fil des pages. Bien sûr, dans l'oeuvre originale il n'est pas méchant, mais là il est tout de même plus doux. C'est un jeune homme qui a subi le sort du Temps, enfermé dans sa Tea Party pendant longtemps, puis la méchanceté de la Reine, qui a ordonné son emprisonnement et qui souhaite aussi lui couper la tête pour un rien. Malgré cela, il reste positif, se rends compte que les décisions qu'il prends ne sont pas les bonnes, surtout la décision principale. Il change rapidement d'avis en écoutant surtout son coeur. On le découvre aussi très protecteur, et c'était mignon à voir. Et il réfléchit beaucoup comme je l'ai dis, se pose pas mal de questions mentalement. C'est un personnage que j'ai adoré, puisque c'est un de mes personnages fictifs préférés, même dans l'oeuvre original. Ce livre permets de le voir un peu différemment, mais pas tant que ça.

Ensuite, il y a Henry, ou boy Alice. Eh oui, Henry est le petit frère d'Alice, la fameuse Alice. Ce dernier, même s'il est plus petit que sa soeur, lui tiens tête et ne la crois pas du tout sur ses histoires du Wonderland. Il est persuadé qu'elle raconte tout cela par pur besoin d'attention, d'affection. Il la prends pour une folle, comme beaucoup malheureusement. Ce n'est pas la joie dans sa famille, son père n'est pas présent, il boit, il frappe... et sa soeur est -il pense- folle. Heureusement, il y a son oncle, le frère de sa mère, qui est présent. Et même si ce dernier est toujours du côté d'Alice, il s'entends plutôt bien avec lui. Comme par magie (haha) il se retrouve dans ce fameux univers, Wonderland, le pays des merveilles. Il passe par plusieurs émotions, le déni, la tristesse, l'énervement, encore le déni, puis la peur... et par beaucoup de questionnement aussi. Et dès le début, il souhaite s'excuser auprès d'Alice, mais elle n'est pas là, et il est seul dans cet endroit qu'il ne connait pas. Au fil du récit, on apprends à connaître ce jeune homme qui n'a pas une vie facile à la maison, qui s'inquiète beaucoup pour les autres, qui est tout de même libre et qui ne souhaite pas d'étiquette. On le découvre mignon, doux, sensible. Un peu peureux parfois, drôle. C'est un personnage que j'ai beaucoup aimé, je le préfère largement à sa soeur d'ailleurs.

La rencontre entre le chapelier fou et Henry est très drôle, dans des circonstances bizarres qui ne pourraient nous tomber dessus. Henry est sous le choc, encore plus de faire la rencontre du fameux Mad Hatter donc sa soeur parle. Il a encore une fois une phase de déni, mais se reprends vite. Nous les suivons pendant leur voyage, dans différents endroits tous très bizarres, où ils ont le temps d'apprendre à se connaître, s'apprécier, se faire confiance. Leur relation prends vite une tournure différente de l'amitié, qui m'a beaucoup plu. Ils se laissent aller, même s'ils ont peur de la suite. C'était vraiment mignon.

Pour les personnages secondaires, eh bien nous retrouvons les mêmes que dans l'oeuvre originale. La Reine de Coeur, qui est toujours Reine, qui malheureusement s'est laissé submerger et qui ne contrôle plus très bien, donc qui lâche des "qu'on lui coupe la tête" à tout va. J'ai eu de la peine pour cette dernière, bizarrement. Je voyais bien que derrière son caractère là, son envie de tuer tout le monde, il y avait quelqu'un de mal. Je ne sais pas si je me fais des idées, mais je ne la voyais pas comme une méchante. Et puis c'est grâce à elle si le chapelier fou et Henry se rencontrent, alors on ne peut pas lui en vouloir !
Le Chat, le fameux, qu'on ne voit pas tellement mais qui est toujours aussi mignon (enfin comme je l'imagine hein) c'est aussi grâce à lui que LA rencontre a eu lieu, c'est lui qui conseille la Reine, qui l'aide un peu à voir clair dans le flou de ses pensées.
Alice, qui a bien grandi, qui a maintenant bien plus de 20 ans, qui a un mari, des enfants, mais qui pense encore et toujours au pays des merveilles. Elle a d'ailleurs toujours des contact avec cet endroit, ses amis lui manquent. Elle est beaucoup plus réfléchi que dans l'oeuvre originale par contre. J'ai beaucoup aimé.
Et les autres ? Eh bien je vous laisse les découvrir ! 

J'ai vraiment beaucoup aimé cette histoire, qui reste dans l'univers d'Alice au pays des merveilles mais qui a des relations qu'on peut retrouver dans les YA d'aujourd'hui. L'histoire évolue doucement, il n'y a pas un grand suspens, pas beaucoup de surprises (une ou deux) mais c'est très agréable à lire, et quand même bien de découvrir les personnages sous d'autres aspects. Je n'aurais pas imaginé le chapelier fou aussi sensible par exemple. Il a manqué de me faire pleurer tout de même ! Henry est un personnage vraiment bien travaillé, le fait qu'il ne se catégorise pas, ne souhaite pas d'étiquette m'a aussi beaucoup plus. Il ne se questionne pas sur son orientation, il s'en fiche un peu. Il se dit juste qu'il n'a jamais ressenti de l'amour pour quelqu'un, c'était simplement fun. Et il se demande souvent si ses sentiments sont réciproques, si c'est pas précipité, s'il ne devrait pas penser à ce genre de choses dans des situations pas faciles et pas très communes. C'est clairement mon personnage favori dans ce livre.

Ce récit est drôle, les situations sont très bizarres souvent. Je vous laisse découvrir cela, mais une bataille de géants... avec des trucs pas très utilisés pour la guerre, normalement, c'est très spécial. Il y a aussi du sarcasme, que j'ai beaucoup aimé, et des sentiments, de l'amour, de la haine... Même s'il est souvent drôle, il y a des passages tristes, où on se met à la place du personnage et on se dis "merde..."
L'oeuvre de base est respectée, l'auteur a sûrement beaucoup travaillé sur cela. Ou alors elle est fan, ce qui est aussi fort possible.

Je vous conseille d'avoir lu Alice au pays des Merveilles ainsi qu'Alice de l'autre côté du miroir, mais aussi d'avoir une certaine base en Anglais. Ce n'est pas une bonne première lecture en VO, le langage du Wonderland peut parfois être compliqué. Et certaines blagues sont dures à comprendre, ou le sarcasme peut être vu comme quelque chose de vrai, si on ne lis pas deux ou trois fois la phrase.

Je lui donne la note de 4/5.

jeudi 16 février 2017

Le coeur en balance, Marie Sexton.




Le coeur en balance, Marie Sexton.

Nombre de pages : 408.
Editeur : MxM Bookmark.

Langue : Français.

"Levi Binder, barman à Miami, a deux passions : le surf et le sexe. Rejeté par sa famille mormone en raison de son homosexualité, Levi est bien décidé à vivre sa vie comme il l’entend. Tout change quand il rencontre Jaime Marshall, un kinésithérapeute.
Jaime est un grand solitaire, hanté par les horreurs de son passé et avec pour seul ami Dolly, sa fidèle chienne. Levi est son parfait opposé, intense, plein de vie. Jaime ne sait pas comment s’y prendre avec lui.
Malgré leurs différences, ils désirent tous deux quelque chose qu’ils ne peuvent atteindre qu’ensemble. Avec le massage comme thérapie et grâce à leur amour, ils pourront se guérir l’un l’autre et apprendre à concilier leur mode de vie avec leur famille religieuse."

Bonjour,

Je tiens tout d'abord à m'excuser pour mon absence, qui va sans doute continuer puisque j'ai quelques soucis personnels. Et puis j'ai enchaîné les déceptions livresques alors je n'ai plus beaucoup envie de lire malheureusement. Je relirais mon livre préféré lorsque tout ira mieux, histoire de me plonger à nouveau dans ma passion.

Enfin bref, aujourd'hui on se retrouve avec un livre qui m'a à moitié plu, malheureusement. Il n'a pas énormément de points faibles, loin de là, mais UN gros point faible qui m'a plus qu'énervée.

Dans ce récit, on retrouve Lévi (je vous laisse découvrir son nom complet, c'est très drôle!) qui est un trentenaire passionné de surf. J'ai beaucoup ressenti cette passion au fil des pages, et c'est un très bon point. Je l'aime pour cela, il vit sa passion à fond, et il en a clairement besoin. Après le surf, c'est le sexe qui le passionne. Surtout parce qu'il travaille dans un bar gay, et qu'il peut se permettre d'être barman et en même temps de se faire plaisir. Il est taquin, joueur, séducteur, soit disant sexy mais il m'a tapé sur les nerfs. Il fait tout ce que sa famille ne veut pas, juste pour les faire souffrir, et c'est agaçant de le voir se foutre dans la merde juste pour prouver à sa famille qu'il est un con. Heureusement qu'il change au fil des pages, mais j'ai pleuré d'énervement alors c'est pour dire. J'ai eu envie de foutre le feu au livre, moi qui crie "sacrilège" quand il y a une page cornée... Malgré tout, c'est un personnage travaillé, et il sait être tendre et doux quand il le faut. Mais ce n'est pas pour ça que je pardonne à l'auteur mes larmes d'énervement.

Et puis il y a Jaime.Un gros coup de coeur pour ce personnage, ça change de l'autre qui m'a énervé n'est ce pas ? haha. C'est un homme juste incroyable, qui malgré les épreuves de la vie, les obstacles, les merdes qu'elle lui a fais traverser, est toujours là. Il se bats toujours. Il n'a pas eu une enfance facile, au contraire. Son adolescence a été bousillé par son enfance, et l'adulte qu'il est n'a toujours pas oublié, est toujours hanté par cette enfance. Il a des démons en lui, dans sa tête, et les écoute énormément. Il n'a donc pas d'ami, seulement des clients. Il fait les massages, et point. Il ne se lie jamais d'amitié avec quelqu'un, il ne peut pas, n'y arrive pas. Et puis qui voudrait d'un ami comme lui, avec quelque chose de brisé en lui si fort qu'il refuse d'être touché ? (MOI!) Il a seulement sa fidèle chienne, Dolly, qu'il aime plus que tout, et c'est réciproque. Elle lui apporte beaucoup de réconfort lors des crises d'angoisses ou des cauchemars, et c'est tellement beau à voir, surtout pour moi qui adore les animaux. Jaime a aussi beaucoup de mal à sortir de chez lui, il ne va pas au restaurant, au cinéma, ce genre de choses. Il préfère rester chez lui, seul avec sa chienne, et regarder la chaîne Syfy. Et il mange souvent la même chose, le soir, un reste du choc de son enfance.

Leur rencontre est mignonne mais aussi insupportable. Surtout au bout d'un moment. Lévi est du genre insistant, un peu trop même, et au bout d'un ou deux rendez vous il souhaite coucher avec son kiné pour arrêter de rêver, de fantasmer sur lui. Sauf qu'on sait rapidement que Jaime va mal, et que les contacts ne sont pas sa passion, qu'il déteste cela. Donc quand on voit que Lévi tente d'insister.... C'est agaçant.

Les personnages secondaires sont très importants dans le récit, surtout les familles.
La famille de Lévi est très religieuse, et bien que je respecte cela, ils sont un peu trop... comment dire.. croyants? Enfin, pour eux, "Dieu a dis ça donc on dis pareil" et c'est insupportable, surtout quand on voit qu'ils repoussent Lévi pour son homosexualité et tentent de le "guérir" (très bête ouais.) à chaque fois qu'ils se rencontrent. Ils s'étonnent ensuite que Levi ne souhaite plus venir chez eux, même lors de fêtes "importantes"... Malgré tout, il a une soeur incroyable, qui le soutient et qui comprends rapidement Jaime, qui l'accepte aussi dans la famille. Et bon courage si vous vous engagez dans ce livre pour retenir les prénoms. De plus, il y a près de 20 petits enfants... j'ai paniqué au début, en me disant "pitié pas 20 prénoms à retenir" mais ça va, ils ne sont pas vraiment nommés.
Pour la famille de Jaime... Eh bien je vous laisse imaginer. Il a eu une enfance difficile, triste, alors il ne souhaite tout simplement pas les revoir.
Il y a aussi Max, collègue de Levi, qui m'a lui aussi beaucoup énervé, surtout qu'il le pousse à faire des conneries, et qu'il lui dis que c'est ce qu'est Levi alors que C'EST FAUX. Bref passons, je ne l'aime pas.
Après toutes ses conquêtes... Mais on s'en fiche. Pardon, mais eux aussi sont insupportables, vive les clichés youhou.

J'ai beaucoup aimé l'évolution des deux personnages, en particulier celle de Jaime qui se fait doucement mais sûrement. Il se relève peu à peu, mais il le fait. Il ose sortir, il ose changer ses habitudes, il ose. Levi aussi évolue, surtout grâce à Jaime finalement. Il se rends compte de ses actes, de ses conneries, et devient plus doux au fil des pages.

Le gros point négatif, c'est les scènes de sexe. Alors ouais c'était noté sur la 4eme de couverture, mais je ne m'attendais pas à autant ! Y'a pas que le cul dans la vie argh. Lorsqu'il est au bar, il y a TOUJOURS une scène de sexe (et il y travaille du jeudi au dimanche soir) et même en dehors de ça, l'auteur en mets partout. Un chapitre sans sexe ne serait pas de trop. Surtout qu'il fait uniquement ça dans le but d'énerver ses parents. Et ensuite c'est par envie, mais le sexe n'est pas la base d'une relation, c'est juste.. abusé. 
Il y a aussi (attention moment animaux) des incohérences pour Dolly. Bah ouais, un chien est fait pour être sorti et pas uniquement le matin très tôt. Et les scènes ne sont jamais décrites, pas une seule fois, donc j'en suis arrivée à me demander si ce chien avait une litière pour gros chien.
Et c'est pareil pour la nourriture, un chien a besoin de manger, mais il y a une ou deux scènes où la chienne mange, donc je pardonne à l'auteur.

En bref, un livre qui aurait pu me plaire, surtout avec un personnage comme Jaime, et une passion comme le surf, avec une dose d'animaux, mais ça ne l'a pas vraiment fais malheureusement. C'est ma toute première déception chez cette ME. Je crois que je vais arrêter de lire cette auteure, puisque j'ai déjà lu deux romans de cette dernière et que le sexe est toujours énormément présent, ça fait limite de l'ombre aux sentiments amoureux et/ou amicaux.

Je lui donne la note de 3/5. 

dimanche 5 février 2017

Le Piège de l'innocence, Kelley York.


Le Piège de l'innocence, Kelley York.

Nombre de pages : 336.
Editeur : Pocket Jeunesse.

Langue : Français.

"Vic Howard a toujours été transparent, ignoré de tous, même de sa propre mère. Un soir, alors qu'il s'ennuie à une fête, il remarque que Callie, une fille de son lycée, a beaucoup trop bu. Il décide de lui venir en aide. 
Au matin, la police sonne chez Vic : Callie a été violée, il est le principal suspect. Du jour au lendemain, il est le centre de l'attention, tous le considèrent coupable. Sauf Autumn, la meilleure amie de la victime, qui compte bien s'allier à Vic pour découvrir une vérité que tout le monde préfère taire."

Hello,

Je vous retrouve aujourd'hui avec une nouvelle chronique, un livre d'une de mes auteurs favoris. Malheureusement, ce n'est pas un coup de coeur. Mais une bonne lecture tout de même.

Dans ce récit, nous rencontrons Vic, un jeune homme assez invisible, qui n'est pas le plus populaire de la classe, loin de là, et qui n'est pas non plus le premier de la classe au niveau des notes. Il est juste.. lui. Il n'a pas beaucoup d'amis, et on lui parle seulement parce que son seul et meilleur ami est quelqu'un d'assez reconnu, et qu'en plus de ça il est doué et intelligent. En bref, c'est loin d'être le cliché du personnage masculin bad boy qui ne fout rien en cours mais qui est populaire. Malgré tout, je n'ai pas trop accroché, je ne me suis pas attaché à lui, et puisque c'est le personnage principal, c'est un réel problème. Il peut être attachant pour d'autres personnes, bien sûr ! Mais je n'ai pas réussi, personnellement, même en tentant de me forcer. Il peut parfois être très naïf, un peu insupportable sur les bords et... il a des pensées que je n'approuvais pas du tout, j'en parlerai dans les points négatifs. Je l'ai beaucoup apprécié au début, j'ai eu de la peine pour lui, lui qui pensait bien faire et qui se retrouve accusé de viol, mais ça s'est dégradé au fil du récit. Je ne l'ai pas détesté, il vit des choses durs et est aveuglé par l'affection donc je peux parfois comprendre, mais je n'ai pas réussi à l'aimer non plus. 

Ensuite, il y a Brett, son meilleur ami. Populaire, qui a de très bonnes notes, qui vise les plus grandes universités et qui s'angoisse à ce propos, qui a un père avocat. Le contraire de Vic, en clair. Malgré tout, on ressent toute l'affection qu'il lui porte. Il est attaché à lui et ça se voit clairement, il le protège lors de l'accusation.. Un très bon meilleur ami quoi. Un personnage parfait, qui n'a aucun défaut (haha) mais auquel je n'ai pas pu m'attacher non plus. Il m'énervait lui aussi beaucoup, ses réactions violentes, même si c'était pour "protéger" Vic m'ont beaucoup surprise et déçue. C'est pareil pour lui, je l'ai bien aimé au début, mais au fil du récit je m'en suis pas mal détachée. Et j'ai fini par ne plus l'aimer, trop parfait pour être vrai. (c'est le cas de le dire)

Il y a aussi Callie, la jeune fille qui après avoir été secouru par Vic, sauvée peut-être, parce que seule dans la rue, complètement bourrée c'est dangereux, se fait violer dans une chambre, qui finalement est toute aussi dangereuse que l'extérieur. Malheureusement, l'alcool n'étant pas la meilleure chose au monde, elle ne se souvient de rien, enfin presque. Le seul visage dont elle se souvient c'est celui de Vic, qui devient donc le principal suspect. On ne peut pas lui en vouloir, elle accuse le premier dont elle se souvient, c'est normal. Elle veut à tout prix que son violeur soit emprisonné, et c'est tout à fait normal de réagir de cette façon. Elle n'ose plus revenir au lycée, de peur de croiser à nouveau son agresseur, mais finit par le faire quand même, et je l'ai trouvé tellement forte. C'est un personnage courageux, incroyablement mature, et qui réfléchit plutôt deux fois qu'une. Elle se rends vite compte que Vic n'est peut-être pas celui qu'elle pense, mais elle doute de tous les garçons présents à la soirée, et encore une fois cela est normal. Nous ne la voyons que très peu, finalement, ce que je trouve dommage. On parle d'elle, énormément même, mais on la voit que quelques fois seulement. Ce qui montre quand même bien que même quand la personne n'est pas là, on s'approprie son histoire, on invente des choses, on la rabaisse aussi. C'est malheureusement la réalité.

Et puis, il y Autumn. Ah... j'en suis tombée amoureuse. Plus sérieusement, c'est une fille incroyable, presque aussi forte de Callie. Elle a du répondant, elle sait frapper quand il faut, montrer les dents si besoin. Elle aime énormément sa meilleure amie et est prête à tout pour elle. Elle se débrouille elle-même pour trouver le coupable, mener sa propre enquête. Elle n'hésite pas à coincer quelqu'un pour lui poser des questions, se rendant même chez cette personne. Sa rencontre avec Vic est bien violente, il finit au sol. Malgré tout, quand les autres décident de s'en prendre à lui, elle le défends quitte à se mettre entre eux. Elle enquête ensuite avec Vic, et s'attache peu à peu à lui. Malheureusement, elle est elle aussi naïve, et elle ne se doute pas que le violeur peut-être tout près. Elle ne se méfie pas assez, contrairement à Callie. Mais ce n'est pas elle qui a subi le viol, alors c'est normal.

L'histoire commence rapidement, il y a quelques pages, lors de la fête, puis l'accusation et l'enquête arrivent. Nous ne nous ennuyons pas, et même si il est très facile de savoir qui est le coupable dès le début, on a besoin de savoir comment ça va se passer, comment les révélations vont être vécues, comment se passera l'arrestation, si ca arrrivera ou si nous resterons sur une simple enquête qui n'aboutira à rien... Beaucoup de questions se posent.

Les personnages secondaires sont aussi très importants pour l'histoire. Les personnes présents à la fête, l'ex de Callie qui est forcément soupçonné au bout d'un moment, les autres garçons du lycée qui trouvent que Vic ne paie pas assez, que les policiers ne font pas leur boulot et qui décident de s'en charger eux-même, de l'intimider, de le frapper. Ceux qui sont persuadés qu'il n'a rien fais (ils se font rare, eux) et ceux qui sont sûr d'eux : ça ne peut être que lui. La mère de Vic, qui cache un lourd secret et qui s'éloigne de plus en plus de son fils sans s'en rendre réellement compte, qui a du mal à lui adresser la parole, qui ne le croit même pas, qui ne le voit pas. La recherche de Vic par rapport à lui, par rapport à la pièce manquante dans sa vie, qui reste quelque chose d'important dans l'histoire, surtout au niveau de sa famille... 
L'auteur tente de nous faire détester tous les garçons qui s'en prennent à Vic, et surtout nous méfier d'eux, nous faire douter du coupable. Je crois que si je n'avais pas réussi à savoir aussi tôt le coupable, j'aurais soupçonné tout le monde.

L'auteur parle vraiment bien du viol, qui reste un sujet tabou aujourd'hui. Elle montre que la victime est la victime et le violeur est le coupable. La victime n'est jamais coupable, même si elle a bu, même si elle porte des trucs soit disant qui attirent l'oeil (d'ailleurs, c'est grâce à ce sujet que l'enquête avance), elle reste la victime. Elle montre aussi que des gens pas très intelligents peuvent croire que la victime est la coupable, et elle montre qu'avec les paroles de ce genre, ils se dévoilent, peut-être un peu trop. J'avais peur, avant de commencer ce livre, que le sujet principal ne soit pas assez bien abordé, ou survolé, ou je ne sais quoi d'autre. Comme je l'ai dis cela reste un sujet tabou, et les auteurs ont parfois du mal à en parler. Mais je suis rassurée après avoir fini le livre : elle l'aborde clairement, sans détour, et il n'est en aucun cas survolé.

Le point négatif que je lui trouve, c'est que Vic est... je n'ai pas le mot qui définit bien. En clair, il a souvent des pensées du genre "comme elle est belle" envers une des filles, et.. je trouve ça déplacé. Il est soupçonné de viol, il ne devrait pas penser à ça, surtout pas envers cette fille là, c'est trop tôt je trouve. Et puis, il a à peine un câlin de cette fille qu'il s'excite, ce qui est encore plus déplacé. Il devrait être stressé, mal à l'aise, un viol est quelque chose de grave, et ca tourne autour de lui, et pourtant il pense au cul. Alors ouais j'ai été un peu déçue qu'il pense aussi vite à ça alors qu'être soupçonné par la police, ce devrait être angoissant, et ça devrait tourner dans sa tête. Et puis il y a quelques clichés, mais ils sont supportables. 

En bref, un livre qui traite d'un sujet encore très peu abordé, qui est bien travaillé, qui a des personnages féminins très intéressants, mais qui a aussi des points faibles. J'aurais préféré m'attacher d'avantage aux personnages principaux, ce qui n'a pas été le cas. Et j'aurais aimé pouvoir mené ma petite enquête au fil du récit, et non pas le deviner dès le début. Il reste quand même un très bon livre, avec une histoire bien développée,  qui peut être réelle malheureusement. 
Je lui donne la note de 3,5/5.

PS : Il y a un autre livre de Kelley York qui sortira courant 2017 chez PKJ, et je vous le recommande à 1000% ! 

mardi 31 janvier 2017

L'or de tes mots, Ophélie Pemmarty.


L'or de tes mots, Ophélie Pemmarty.

Nombre de pages : 304.
Editeur : MxM Bookmark.

Langue : Français.

"Lors de leurs années lycée, Dominic et Asher ont vécu une belle histoire d’amour. Mais celle-ci a connu une fin brutale quand Ash a quitté l’Angleterre du jour au lendemain. Sans avoir eu droit à la moindre explication, Dominic a dû faire face à cette séparation qui l’a obligé à renoncer à son amour, à apprendre à vivre avec son absence et à avancer malgré tout, pas à pas.
Quelques années plus tard, Dom est devenu bijoutier et s’est construit une petite vie qui le rend plutôt heureux. Mais tout vole en éclats le jour où il retombe par hasard sur Ash, désormais chanteur accompli, qui est de passage en Angleterre pour une série de concerts.
Sans s’être réellement cherchés, Dom et Ash se sont retrouvés… car il est des destins qui doivent inévitablement se recroiser, et des histoires d’amour qui ne sont peut-être jamais censées se terminer…"

Hello hello,

Me revoilà! Non pas avec un coup de coeur mais avec une très très bonne lecture (en même temps je suis rarement déçue avec cette maison d'édition!)

Dans cette histoire, nous retrouvons Dominic, Dom (c'est ce qu'il préfère lui.), qui a 25 ans tout juste et qui pense faire une petite crise, non pas de la quarantaine mais de la.... Je ne sais pas comment on dit mais vous m'avez compris ! Il ne se sent pas très bien au début du roman, il a l'impression de traîner une bombe avec lui qui devrait exploser au bout d'un moment. Il ne sait pas pourquoi, comment, qui, où, quand, mais il sent qu'il y a quelque chose. Finalement, ce n'est pas quelque chose d'infondé puisqu'on découvre qu'il y a une véritable bombe (enfin... Il est canon quoi, vous avez compris.) qui est de retour, et qui s'appelle Asher. C'est un prénom familier pour Dom, puisque c'est son ex, son premier amour, qui est parti du jour au lendemain. Ce prénom, cette personne qui a laissé un grand vide dans la vie et dans le coeur de Dom. Malgré son apparence joyeuse, ses sourires, son entourage qui est toujours présents, il a des amis formidables, Dominic a toujours ce vide, cette boule au ventre et à la gorge. On ressent son mal-être, sa tristesse des les premières lignes, et on comprends que ce n'est pas qu'un ex, c'était son tout, et il l'a abandonné.

Parlons d'ailleurs d'Asher, Ash pour les intimes. Jeune chanteur, débutant tout juste une carrière dans la musique, il a tout d'une petite starlette qui peut taper sur les nerfs : gueule d'ange, groupies, voix sublime, plume agréable parce que oui il écrit lui même ses chansons... Et finalement il n'est pas du tout comme cela. C'est un jeune homme tout aussi blessé que Dominic, qui a subi plusieurs malheurs, qui a dû se relever. Depuis son adolescence il se bats contre l'intolérance, sa mère refusant clairement son homosexualité. Déjà ça, c'est un réel problème qui peut faire très mal, blessé au plus profond... Mais malheureusement il n'y a pas que ça. Heureusement pour lui il a la musique, et malgré la rupture soudaine avec Dom (qui est expliquée d'ailleurs, ce n'est pas un con finalement.) il continue a parler de lui dans ses chansons, même si Dominic ne le suit pas. Il écrit pour se livrer mais aussi pour faire passer un message. Il laisse des indices, des mots invisibles, cachés pour son premier amour, et j'ai trouvé ça tellement beau, tellement romantique. C'est un personnage très profond, très mignon qui est prêt à tout. Un musicien que j'aimerai moi aussi voir en concert, je suis un peu jalouse et j'aurais adoré entrer dans le livre je l'avoue.

Les retrouvailles sont compliquées, inattendues, moments très délicats. Quand le destin s'en mêle, il ne fait pas les choses à moitié. Pour Dom, c'est un énorme choc, beaucoup de tristesse aussi, et puis forcément il en veut encore à son ex, comme vous pouvez vous en douter. Pour Ash, une bouffée d'espoir avec une dose de surprise et d'incompréhension. 

Parlons maintenant des personnages secondaires.
J'ai adoré Lydia, une femme forte qui a le courage de supporter Ash en tant que manager, mais aussi en tant qu'amie, que confidente. Elle a toujours de bonnes paroles, les bons mots pour rassurer et convaincre son petit protégé. Elle se mêle beaucoup de ses histoires de coeur, plutôt que de sa carrière musicale mais ce n'est pas grave, ça m'a fait beaucoup rire, puisque dans ma tête, manager rime avec ordre et stricte. C'est bien de casser les clichés. Elle est intrigante et j'aurais aimé en savoir un peu plus sur elle, son passé avant de rencontrer Asher.
Et puis, il y a les amis de Dominic, sa bande de potes que j'enviais beaucoup
Cooper, son meilleur ami, qui a un bon fond et qui est drôle sans le vouloir. Il est attaché à Dom, et on le ressent surtout lors du concert (hahaha vous verrez si vous le lisez) il essaye de régler les problèmes de son meilleur ami, il essaye de le réconforter, de le bouger un peu aussi. C'est vraiment un bon meilleur ami, je veux le même !
Ryan, le chieur de service (je rigole même pas) mais tellement mignon lui aussi. Il tient à Dom et ca se voit, même s'il n'a pas tout à fait des gestes d'affection envers lui. (non non, payer une tournée d'alcool ne compte pas!) Je me suis un peu retrouvée en lui, bizarrement, puisqu'il a l'air d'une pile, il bouge tout le temps.. Sinon on ne se ressemble pas du tout haha. Mais je l'ai beaucoup aimé, et j'aimerai aussi en savoir plus sur lui (moi? Chiante et curieuse ? Ouaip.)
June, la fiancée de Cooper qui.. bah elle est sur Twitter et est Directioner donc je l'aime c'est tout.
Et puis il y a d'autres personnages mais je vous laisse un peu de mystère, de suspens !

L'histoire parle d'espoir, de seconde chance, d'amour. Il n'y a pas que du noir ou du blanc chez une personne. Il ne faut pas juger quelqu'un suite à l'avis d'un autre, par exemple. Dom voit Ash comme quelqu'un de méchant, d'horrible, quelqu'un qui l'a abandonné, qui a sûrement joué avec lui, mais quand on a la version d'Asher.. On comprends cela. Il faut arrêter de juger quelqu'un parce qu'une personne qu'on suit ou qu'on connaît a eu une mésaventure avec ce dernier. Oui, il m'a fait ouvrir les yeux sur pas mal de choses, c'est un énorme point positif d'ailleurs. 

IL Y A PLEIN D'ALLUSIONS A MR ED SHEERAN tout au long du récit c'était magnifique et AHHHHH. Oui pardon je me calme. Non mais sérieusement, Dominic est un grand fan, il en parle souvent puisque c'est son idole, il le complimente et à chaque fois j'hochais la tête en pensant "totalement d'accord, c'est un Dieu vivant. Ouaip même en live il chante bien. Yep perfection." et je suis sûre que je m'entendrais super bien avec Dom. 

Le seul point négatif que je lui trouve, c'est le "je t'aime" "je ne t'aime plus" trop régulier. Je veux dire, une fois okay, deux fois okay, trois fois.. Ca m'énerve un peu. Les gars quoi, vous êtes fait pour être ensembles, arrêtez de vous prendre la tête et de trop réfléchir ! 

En bref, une très bonne lecture qui m'a fait reconnaître des défauts que j'avais, qui m'a appris à moins juger, qui m'a ouvert les yeux sur certaines personnes qui m'entouraient, qui m'a redonné espoir... Les personnages sont très profonds, tous très bien travaillés, il n'y a pas de cliché. La plume de l'auteur est très jolie, simple à lire, ça ne part pas dans tous les sens et j'ai beaucoup aimé. J'ai eu du mal à quitter les personnages, je m'y suis forcément attachée hein... Mais j'ai encore le tome 1.5 à lire, heureusement pour moi ! Je vous invite à découvrir ce livre ainsi que cet auteur. Je lui donne la note de 4/5.

PS : La chanson pour Dominic est sublime, j'ai bien bien bien pleuré en lisant les paroles, pas merci l'auteur !